Chercher

04.05.2020

Sublimation : le nouvel âge d'or du papier

Le marché de la sublimation à le vent en poupe. L’impression par sublimation présente de nombreux avantages face à son homologue : l’impression traditionnelle (= sérigraphie).

En effet, l’impression par sublimation est souple, permet de personnaliser d’avantage, d’être plus réactif en s’adaptant rapidement aux nouvelles tendances et diminue les minimums de production.

 

La technique de sublimation plébiscitée par le secteur de l’habillement

Cette technologie digitale connait une très forte croissance, notamment dans le secteur de l’habillement, de par ses qualités énumérées plus haut et parce que la sublimation rend les possibilités de création de motifs, infinies. Outre l’impression sur textile (pour la décoration d’intérieur, l’industriel), la sublimation est également privilégiée pour le marquage d’objets publicitaires et la signalétique sur supports durs, grâce à ses qualités d’impression et au panel de couleurs lumineuses disponibles.

 

Les 7 paramètres clés pour une sublimation réussie

 

Ce marché à forte demande, est avant tout à la recherche de la qualité. Et pour que la qualité d’impression soit optimale, il faut tenir compte de 7 paramètres essentiels :

 

1.     L’imprimante

2.     Les encres

3.     La presse ou la calandre

4.     Le papier

5.     Le profilage

6.     Le textile

7.     Les conditions de production

Si un seul des éléments cités ci-dessus est sous-estimé, la qualité du transfert peut s’en ressentir.

Les conditions de production sont déterminantes. Une différence de température de l’atelier d’une production à une autre, peut impacter le temps de séchage et la pénétration de l’encre. On préconise donc une température de 22 à 25 degrés.

L’hygrométrie (mesure du degré d'humidité de l'atmosphère) de la pièce est également un élément qui peut faire varier le temps de séchage et la pénétration de l’encre. On préconise dans ce cas, une hygrométrie de 40 à 55% d’humidité. Le travail dans un pièce où l’hygrométrie et la température sont contrôlées, est une bonne pratique pour parvenir à un résultat de sublimation constant.

 

Une sublimation réussie dépend de tous ces facteurs combinés, et aucun ne doit être mis de côté si l’on tend vers un rendu optimal.

 

Le papier de sublimation : un papier technique

Ce papier de sublimation doit résister à la chaleur (car il est chauffé à de très hautes températures), absorber et libérer correctement les encres, et s’adapter au type d’imprimante et à l’application finale.

Le papier de sublimation est donc un élément complexe.

Lancée depuis 2015, Guyenne Papier a créé sa propre gamme de papiers de sublimation : la gamme SuniSUB.

Elle compte parmi elle les ultra légers DSC 47g et DSC 57g au séchage instantané et les DSC 95g et sa version collante le DSC Tacky 95g, pour éviter l’effet fantôme lors du transfert sur textiles étirables.

D’autres papiers sont toujours en cours de développement. Découvrez-les bientôt ! 

 

DSC 95g TACKY : Papier de sublimation couché de haute qualité

Probablement le meilleur papier tacky du marché !

Le DSC Tacky 95g est un papier de sublimation hautement qualitatif formulé pour obtenir les performances optimales pour l'industrie de l'impression textile : rendu du noir superbe, très bon séchage des encres et niveau de tack exceptionnel.

DSC Tacky 95g est disponible en bobines finies ou en bobines jumbos pour plus de productivité.

 

Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter !
05 53 62 20 00 – export@guyennepapier.fr

 

La sublimation, comment ça marche ?

La sublimation est une technique d’impression révolutionnaire qui correspond notamment au passage direct d’un corps de l’état solide à l’état gazeux, sans passer par l’état liquide. Dans un langage moins scientifique, la sublimation consiste à imprimer une image en mode miroir sur un papier dit de transfert, de le chauffer et de le transférer sur un autre support (généralement du textile).

 

Étant une technique d’impression numérique (=digitale), la sublimation nécessite de posséder une imprimante jet d’encre et des encres spécial sublimation. Une fois le papier imprimé, il doit être positionné sur la matière faite d’au moins 65% de polyester ou sur d’autres supports (céramique, bois, verre…) préalablement traités par un vernis industriel polyester.

Le papier et le support sont superposés et sont ensuite chauffés à l’aide d’une presse à chaud ou d’une calandre. L’encre présente dans le papier va alors se gazéifier et s’introduire dans le support (textile la plupart du temps), permettant alors le transfert de l’image.